Tout n’est pas perdu…

Vous ĂȘtes nombreux et nombreuses Ă  vous demander comment je vais, oĂč en sont mes projets, oĂč j’en suis tout court.

Je vais commencer par le plus facile, mes projets : ils sont exactement au mĂȘme stade, Ă  l’arrĂȘt total. Au moins ça, ça ne change pas.

Cependant, il y a de l’espoir, infime, mais quand il y a de la vie, il y a de l’espoir, non ? Quoi que, chez moi, c’est plutĂŽt l’inverse, tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie en moi ! (^-^)

La semaine derniĂšre, j’ai retrouvĂ© ce grain de folie qui me fait vivre, vibrer, exister. Bref, ce petit truc, qui a tendance Ă  taper sur le systĂšme de tout le monde dans mon entourage, mais qui moi me fait voler. Alors certes, ça n’a pas durĂ© longtemps, le soufflĂ© est retombĂ© aussi vite qu’il Ă©tait montĂ©, nĂ©anmoins cela m’a appris et apportĂ© beaucoup de choses.

Commençons par le dĂ©but de l’histoire.

La semaine derniĂšre, je trouve une annonce qui pour une fois rentre dans mes critĂšres, revus Ă  la baisse pour le terrain, moi qui voulais 2 hectares, je suis prĂȘte Ă  ne prendre que l’Ă©quivalent de la surface ici (5000 mÂČ) sous condition d’un terrain plat et fertile (lol). J’avais donc trouvĂ© un terrain de 5700 mÂČ, avec une maison en ruine (les 4 murs, mais pas le toit), ce qui Ă©tait sommes toutes bien plus simple pour les travaux – aucun risque de se prendre le toit sur la tĂȘte ! Avec en prime un grand hangar, en bon Ă©tat, de quoi y ranger, chĂšvres, poules, outils, voiture, remorque, vĂ©los, bois et foin. Pour un budget, en plus qui me permettait l’achat et les travaux.

Bon, je vais ĂȘtre honnĂȘte, il n’y avait pas que des points positifs, le premier dĂ©licat Ă©tait la nationale Ă  150 m (en bas du terrain), un terrain en friche (ortie de 1,20 m) et donc impossible d’en faire le tour, et de surcroit une partie humide.

Mais j’avais dĂ©crochĂ© une visite, OUI !!!! Rien que ça, j’Ă©tais fiĂšre, car j’Ă©tais l’une des premiĂšres Ă  avoir vu l’annonce et Ă  m’ĂȘtre manifestĂ©e. Apprenant que l’agent allait passer sa journĂ©e Ă  faire visiter le bien, je pris une dĂ©cision totalement folle : je fis une offre, afin de « rĂ©server » le bien, Ă©tant donnĂ© qu’il y a un droit de rĂ©tractation de 7 jours. Et que je ne savais pas s’il y avait un certificat d’urbanisme ou non. Tout ceci, se passa samedi dernier.

J’eus le plaisir de passer le week-end Ă  cogiter, dans tous les sens : oui, non, oui mais, non impossible ….. Ă  moins que …. Bref, lundi matin, le projet prit un peu plus consistance dans mon esprit et lundi midi, je retournais sur place, avec le cadastre afin de voir les contours du terrain et prendre une dĂ©cision.

C’est Ă  ce moment que l’Ă©tincelle disparue, pfff, plus de grain de folie. La raison, revint au triple galop, quand je dĂ©couvris entre les arbres, ronces et autres vĂ©gĂ©taux, que le terrain, n’Ă©tait pas juste en descente (pente plus ou moins douce) mais tout le fond Ă©tait un gouffre avec des arbres tombĂ©s partout et dont il faudrait au moins les 10 prochaines annĂ©es pour que j’en vois le bout.

VoilĂ , en 5 min, ma dĂ©cision Ă©tait prise, oui je voulais un bien, oui j’Ă©tais prĂȘte Ă  faire des compromis mais, non, celui-ci prĂ©sentait bien trop de points de compromission et bien peu de point ultra positif. Le lendemain, j’annulais donc mon offre.

Mais aujourd’hui, je ne suis pas triste de cette expĂ©rience, bien au contraire. J’en retiens plusieurs points :

  1. Tout espoir n’est pas perdu, de trouver un bien qui me corresponde, bon dĂ©jĂ  de le visiter lol
  2. Celle que j’Ă©tais n’est pas morte, je suis toujours lĂ , quelque part, en hibernation
  3. je n’ai pas l’intention d’abandonner mon projet, tout compte fait.

J’ai bien essayĂ© de trouver autre chose, mais ça ne fonctionne pas, je n’arrive pas Ă  me forcer. Et puis, derniĂšrement, alors que je cueillais mes fleurs de Mauve Officinale, dans mon jardin, afin de les faire sĂ©cher pour l’hiver et bĂ©nĂ©ficier de leurs propriĂ©tĂ©s dans de bonnes infusions. J’ai compris, que c’Ă©tait ça qui me rendait heureuse, c’Ă©tait lĂ , oĂč je me sentais bien, avec mes plantes, dans mon jardin.

Je ne suis pas Ă  la rue, j’ai de quoi vivre, bien que mes revenus vont baisser dans quelques mois, j’ai encore de la marge avant d’ĂȘtre aux abois

Un commentaire sur “Tout n’est pas perdu…

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :